Je regarde le ciel

by Damien Jourdan

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €9 EUR  or more

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Envoyé par mes soins avec toute ma reconnaissance !
    Livret 12 pages conçu par les graphistes Selina Koenig / Geoffroy Tauszig

    Includes unlimited streaming of Je regarde le ciel via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 2 days

      €15 EUR or more 

     

1.
Ca va tenir 04:01
Ca va tenir Ca va tenir, au pire, on laisse le bateau Ca n’est pas un naufrage, c’est juste la voilure Qui est trop grande pour l’aventure Et au large, les écueils nous attendent Ca va tenir, ça va tenir S’enfuir ou relever la vigie On attend l’accalmie mais on s’attend au pire Ca va tenir, ça va tenir On s’inspire des récifs des calanques On se cherche on se tente Avant que les fonds nous emmènent De l’écume plein la bouche On blasphème des injures au dieu de l’amour Ca va tenir, ça va tenir Ca va tenir, ça va tenir Qui peut dire quand nous rentrerons au port Dans les caves humides, contempler le trésor Qui peut me dire si la mer sera haute Et les portes ouvertes pour nous accueillir Ca va tenir, ça va tenir Ca va tenir, ça va tenir
2.
L'engrenage 04:01
L'engrenage Perdu dans l’engrenage Désordre dans mes rouages Dans ma tête le blizzard Déchaîne des idées noires Je ne vois pas plus loin Que les lignes de ta main Si tu es là dis-le tout bas En secret montre-moi tes pas Attend-moi sur le bas-côté Le temps d’éclaircir mes idées Je te promets un bel été Le temps que je sorte de l’engrenage J’avance seul au hasard Le vent s’engouffre et nous sépare Mes roues se voilent et je déraille Sortie, déroute et je dévale Attend-moi sur le bas-côté Le temps d’éclaircir mes idées Je te promets un bel été Le temps que je sorte de l’engrenage Soudain j’arrive sur la place J’entends les cloches il fait si froid Mais la lumière dissipe mes doutes Et dans ma tête je t’écoute Je te retrouve sur le bas-côté Endormie comme un bel été Je te ramène sur mon boulevard On sera deux dans l’engrenage Je te retrouve sur le bas-côté Endormie comme un bel été Je te ramène sur mon boulevard On sera deux dans l’engrenage
3.
A la Garde Adhémar A la Garde Adhémar les jours s’allongent A la Garde Adhémar tu me prolonges A la Garde Adhémar la nuit s’installe, récupère ses parts A la Garde Adhémar ma chaleur se range se gare En quinconce le long de ton ombre En quinconce le long de ton ombre En quinconce le long de ton ombre En quinconce le long de ton ombre A l’abri des yeux et des regards Sous la douce protection de la lune noire Je détaille le cadre me risque à tâtons au hasard Et je vois en miroir ton teint vermillon Qui s’enflamme le long de mon ombre Qui s’enflamme le long de mon ombre Qui s’enflamme le long de mon ombre Qui s’enflamme le long de mon ombre A la Garde Adhémar nous étions seuls ce soir A la Garde Adhémar ma chaleur se range se gare En quinconce le long de ton ombre En quinconce le long de ton ombre En quinconce le long de ton ombre En quinconce le long de ton ombre
4.
Des milliers de roses Des milliers de roses éparpillées Comme autant de preuves sur le pavé De la beauté des choses, de leur cruauté Des milliers d'odeurs dans cette roseraie Je retrouve le parfum d'un bouquet Un décor de scène, un défilé Le feu d'artifice, tes yeux médusés Ma mémoire revient, c'est un quatorze juillet Nous tournons lentement au rythme de tes mains Des myriades de runes éclairent notre chemin Des millions de choses à envisager Quand le matin apparut, nous tournions enlacés
5.
J'ai vu l'aube J'ai vu l'aube dessiner ta robe Aperçu cachée sous ta robe Une armure un cœur et des cordes J'ai vu l'aube se changer en or Elle attend que tu lui fasses un signe J'ai vu l'antre s'ouvrir sous ta peau Entrevu un bouquet de colère Elle attend que tu te résignes Elle espère que tu te résignes J'ai vu l'eau entourer ton corps Et l'armure qui se dissolvait J'ai vu de l'or jaillir de tout côté Et le décor qui vient à changer De part et d'autres l'aube vient s'embraser Et ton or, ton or, ton or qui vient m'irriguer Par dessus les bords je suis submergé De l'or à l'aube de quoi me noyer
6.
Mon amie la mort C’est l’heure où la ville s’endort Les ruelles se prennent au jeu Des lueurs monochromes Elle rôde sans remords Cherche son trésor Mon amie la mort Mon amie la mort C’est l’heure où les tuiles s’envolent Des gouttières débordent nos rêves D’éternité frivole Ses grelots résonnent d’un écho monotone Invisible et folle Mon amie la mort Mon amie la mort Mon amie la mort Mon amie la mort C’est l’heure où l’esquive est de mise La rencontre fatale mais je garde sous ma chemise l’indicible espoir De l’apprivoiser Mon amie la mort Mon amie la mort Mon amie la mort Mon amie la mort
7.
C'est curieux C'est curieux cette inattention et ces allusions c'est comme ça dis moi : qu'y-a-t-il au delà ? Remontée à la surface tu vois bien qu'on nage C'est glissant comme du savon et ces alluvions qui nous rendent plus vieux Remontée à la surface tu vois bien qu'on nage et qu'on s'amuse à couler, mène moi au rivage
8.
Sens en alerte Sens en alertes je te guette, je te cherche au hasard Il fait nuit noire et je tâtonne, encordé à ton regard Les parois de ma mémoire sont tapissées d'espoir Au loin des signaux des phares j'arrive à y croire Accoudé sur ta peau blanche, je contemple l'étendue de ton monde Enivré par tant de chance, rassuré qu'autour la terre est ronde Dans les remous dans nos débats, je nous rêve tout bas Pour que ça continue, et que tout ne s'arrête pas Sens en alertes je me jette dans la gueule du loup je ne suis pas suicidaire, juste pendu à ton cou Accoudé sur ta peau blanche, je contemple l'étendue de ton monde Enivré par tant de chance, rassuré qu'autour la terre est ronde Accoudé sur ta peau blanche, je contemple l'étendue de ton monde Enivré par tant de chance, rassuré qu'autour la terre est ronde
9.
Je suis le seul (à savoir) Tu as l'étoffe d'une héroïne L'odeur, le goût de la mescaline Tu ne comptes pas tes heures Pour tromper le bonheur Les vagues devant toi se tassent Une foule d'inconnus t'embrassent Tu ne comptes pas tes heures Pour couler le bonheur Je suis le seul à te voir Je suis le seul à te voir Je suis le seul à te voir Ton aventure est sans limite A moins que tu ne prennes la fuite As tu assez de courage Pour changer les couleurs Et quand ta digue se fissure Sur tes joues roses des coulures C'est l'heure d'élucider Ce secret bien gardé Je suis le seul à te voir Je suis le seul à te voir Je suis le seul à te voir Je suis le seul à savoir Je suis le seul à te croire Je porte un toast à ta gloire Je suis enclin à te voir J'imagine tout dans le noir J'oserai tout dans le noir Je serai seul à savoir Je serai seul à te croire Je serai seul à te voir Je serai seul dans le noir Je serai seul
10.
Le fil de velours Je me maintiens en équilibre Je parodie l’apesanteur Et comme un bateau ivre Ivre d’en vivre encore des heures Je me tiens à ton fil de velours Est-il bien solide car je suis lourd Je redoute si fort le vertige Toujours penché de ton côté Je dévisage tes valises M’accroche aux aspérités Que je vois sur ton fil de velours Que je vois sur ton fil de velours Est-il trop usé est-il trop court Est-il trop usé est-il trop court Des deux côtés de la rampe Mes mains viennent s’agripper Je lève mes yeux vers ta canopée Mais tu descends l’escalier Il me reste ton fil de velours Il me reste ton fil de velours Je le sens bien il m’entoure Je le sens bien il m’entoure
11.
Je regarde le ciel Je regarde le ciel, et je vois les étoiles Il fait jour et je sombre Ce qui brille me prend infiniment Pour le reste je t'en parlerai demain Ce qui me prend brille, digne d'être humain Pour le reste je t'en parlerai demain J'échafaude des plans, j'hurle mes angoisses Je parle à la lune, et tu restes de glace Les étoiles sans rancune, le firmament muet Les échappées belles font du sur place Ce qui me prend brille, digne d'etre humain Pour le reste je t'en parlerai demain, si tu reviens Je contemple le ciel, il est si vaste De l'aurore à la nuit, j'y trouve une place Les traces dans le ciel, les couloirs aériens Ce qui brille me rend digne d'être humain Je porte en écharpe les caresses telluriques Je ne crois qu'on échappe pas aux cycles C'est brutal, c'est soudain, ça brûle dans mes mains Digne d'être humain, digne d'être humain

about

“La vie, c’est toujours amour et misère. La vie, c’est toujours les mêmes chansons.” Georges Brassens

Quoi de neuf depuis « Orchidées », le dernier disque sorti en 2011 (Sélection FIP en décembre 2011) ?

Un déménagement en Drôme provençale. Des nouvelles chansons. L’amour et la mort : toujours mais dans un autre décor.

Damien Jourdan prend ce nouvel environnement comme prétexte, mais en réalité, il poursuit toujours la même veine d’une écriture poétique et imagée, autour de ces thèmes de prédilection.

C’est dans ce terrain de jeu à taille humaine que les nouvelles chansons sont arrivées, portées par l’envie de chanter plus, d’explorer mieux les possibilités de chaque idée pour arriver à une forme de transe peu présente dans le paysage de la chanson française.

Après Nicolas Repac pour « Orchidées », c’est Pierrejean Gaucher, guitariste et arrangeur qui réalise le disque, en amenant une expérience riche et une science harmonique qui sublime les chansons. La volonté de Damien était d’entendre un son plus organique, comme un trio ou quartet rock qui jouerait des ballades : un son chaud qui accueille, et le texte qui réveille.

C’est d’ailleurs sous cette forme de groupe que l’album prendra vie en concert.

credits

released November 24, 2017

Paroles : Damien Jourdan
Musique et Arrangements : Damien Jourdan et Pierrejean Gaucher
Réalisation : Pierrejean Gaucher
Préproduction à Taulignan
Enregistré au studio des Arts à Grignan par Pierrejean Gaucher
Mixé par Damien Jourdan et Pierrejean Gaucher
Masterisé par Raphaël Jonin
Produit par Fat Tuesday Recordings

Batteries et percussions additionnelles : Pierre Coutaudier
Basse : Vincent Charmont, Benoit Rapetti, Pierrejean Gaucher
Guitares: Damien Jourdan, Pierrejean Gaucher
Programmations : Pierrejean Gaucher
Saxophone de « J'ai vu l'aube « : Paul Vergier
Trompette sur « Des milliers de roses » : Julien Bédrine
Hang et cajòn sur « Je regarde le ciel » : Julien Allègre
Violon sur « Je regarde le ciel » : Andréas Tirler
Clavier sur « Je regarde le ciel » :Benoît Renard

license

all rights reserved

tags

about

Damien Jourdan Taulignan, France

Quoi de neuf depuis « Orchidées », le dernier disque sorti en 2011 (Sélection FIP en décembre 2011) ?
Un déménagement en Drôme provençale. Des nouvelles chansons. L’amour et la mort : toujours mais dans un autre décor.
Damien Jourdan prend ce nouvel environnement comme prétexte, mais en réalité, il poursui la même veine d’une écriture poétique et imagée, autour de ces thèmes de prédilection.
... more

contact / help

Contact Damien Jourdan

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like Damien Jourdan, you may also like: